On peut dire beaucoup de choses sur les oeuvres de Banksy et l’artiste en lui-même, mais on ne peut absolument pas nier qu’il est l’un des graffeurs britanniques les plus talentueux. Son oeuvre, « Slave Labour », représente un petit garçon travaillant sur une machine à coudre, créant un drapeau de l’Union Jack avec des morceaux de tissu. Cette peinture murale a été créée pour mettre en évidence le fait que de nombreuses entreprises et organisations du Royaume-Uni délocalisent leurs produits dans des pays pauvres où les salaires équitables et les droits de l’homme ne sont pas respectés.

L’œuvre a été peinte sur le côté d’un ancien magasin d’aubaines à Wood Green, au nord de Londres, avant les célébrations du jubilé de diamant de la reine. Elle montre un jeune garçon cousant des banderoles de l’Union Jack alors qu’il transpire sur une machine à coudre ancienne. L’œuvre est apparue en mai 2012 et peu après, elle a été découpée et passée en contrebande aux États-Unis où elle a été ensuite mise aux enchères.

banksy-slave-labour

L’œuvre « Slave Labour » de Banksy

Le graffiti au pochoir représente un jeune garçon penché sur une machine à coudre, en train de confectionner une guirlande d’écussons Union Jack. L’œuvre est apparue sur le mur d’un magasin Poundland à Wood Green, à Londres, en face de la Wood Green Crown Court, où trois journalistes britanniques étaient jugés pour piratage téléphonique. L’œuvre a été considérée comme l’une des œuvres les plus politiquement chargées de Banksy, et le critique d’art Jonathan Jones l’a qualifiée « d’attaque contre le travail des enfants ».

La peinture murale montre un enfant penché sur une machine à coudre, en train de coudre des banderoles avec le drapeau de l’Union. L’œuvre a attiré l’attention en raison de son ton politique et de sa nature cachée, ainsi que de sa valeur marchande. Elle est considérée comme l’une des œuvres les plus remarquables de Banksy. Découvrez les reproductions de l’ensemble des oeuvres de Banksy dans notre collection Tableaux Banksy.

Histoire de « Slave Labour » de Banksy

La peinture murale a été créée en mai 2012 par l’artiste Banksy, sur le mur latéral d’un magasin Poundland à Wood Green, à Londres. L’œuvre était une protestation contre l’utilisation d’ateliers clandestins pour la fabrication d’articles souvenirs du jubilé de diamant et des Jeux olympiques de Londres en 2012.

L’œuvre représente un jeune garçon cousant des banderoles avec le drapeau de l’Union tout en travaillant sous un œil vigilant suspendu, représentant Big Brother.

manifestation-banksy-slave-labour

Une vente aux enchères ratée pour « Slave Labour »

Le soir du 15 février 2013, le pan de mur abritant l’œuvre « Slave Labour » de Banksy avait alors disparu subitement, sans aucune explication. L’œuvre était ensuite à nouveau apparue quelques semaines après à Miami, dans le cadre d’une vente aux enchères où elle était alors estimée entre 500 000$ et 700 000$.

Cela a provoqué une forte indignation parmi les habitants du quartier où est apparue l’oeuvre, ceux-ci s’étant appropriés l’oeuvre et la vision de Banksy. S’en est suivi de nombreuses réclamations et manifestations de la part de la population locale, ce qui a commencé à déclencher le buzz médiatique autour de l’oeuvre. Suite à cela, Banksy avait alors communiqué via son site, en citant Henri Matisse : « J’étais très embarrassé quand mes toiles ont commencé à atteindre des prix élevés ; je me suis vu condamné à ne devoir peindre à l’avenir que des chefs-d’œuvre. »

 

Un second graffiti au pochoir est apparu au même moment, montrant un rat tenant une pancarte « Why ? » à côté du mur vide. Le rat, l’un des personnages favoris et les plus représentés par Banksy laisse penser que ce dernier serait à l’origine de ce nouveau graffiti.

Finalement, l’œuvre « Slave Labour » a été retirée de la vente aux enchères peu de temps avant, sans qu’aucune déclaration publique ne soit effectuée par l’organisateur de la vente

Bien qu’elle ait été retirée de son emplacement d’origine et qu’elle ait été proposée à la vente, l’œuvre a conservé le nom de « Slave Labour » tant qu’elle reste chez Sotheby’s.

rat-why-banksy-slave-labour

« Slave Labour » achetée par l’artiste Ron English

Fin 2018, le street artiste américain Ron English achète finalement l’œuvre « Slave Labour » de Banksy lors d’une seconde vente aux enchères à Beverly Hills, à Miami, au prix de 730 000$ (639 000€).

Le buzz autour de cette œuvre de street art se développe d’autant plus lorsque Ron English déclare, peu de temps après avoir acheté « Slave Labour », qu’il compte blanchir et recouvrir l’œuvre à la chaux blanche. Cette déclaration n’a pas échappé aux médias, qui s’en sont emparés pour tenter de comprendre le pourquoi du comment.

Selon lui, le fait de blanchir l’œuvre serait une forme de protestation contre la monétisation du street art, sujet également décrié par Banksy. Dans le cas de « Slave Labour », il s’agit d’une œuvre originellement peinte à Londres puis volée et transportée aux États-Unis à la limite de la légalité, pour être finalement vendue aux enchères. Selon de nombreuses voix du milieu de l’art, il s’agit d’un acte « contre-nature » dans la mesure où un graffiti n’est pas destiné à être transporté et à voyager d’un pays à un autre. Cela vient à l’encontre du principe de partage de l’art, où une œuvre de street art est faite pour être apprécié par les passants qui la remarquent, sur le lieu où elle est réalisée.

Ron English déclare « Nous ne faisons pas du street art pour que nos œuvres soient arrachées des murs et vendues. Ce ne sont pas des babioles pour milliardaires ».

Banksy et lui ne se connaissent pas, mais ont correspondu par email dans le passé et ont tous deux peints sur le mur de séparation entre Israël et la Palestine. Suite à cela, Ron English déclarait ne pas s’inquiétait de la potentielle réaction de Banksy suite à sa déclaration, étant tous deux des street artistes possédant la même vision de l’art.

Un second point, moins engagé et d’enjeu financier cette fois, est qu’en « dégradant » ainsi l’œuvre originale, la version blanchie de « Slave Labour » pourrait finalement prendre de la valeur et devenir le « Banksy blanchi ». Cette idée sonne comme un commentaire sur le fonctionnement étrange du monde de l’art, où une œuvre peut parfois prendre de la valeur après avoir été volée ou dégradée. On pense au tableau de la « Mona Lisa » qui n’était que peu connu avant d’être dérobé au Louvre en 1911, affaire qui avait contribué à propulser le tableau au rang d’œuvre mondialement célèbre. Un autre tableau de Banksy « There Is Always A hope » avait également été partiellement déchiqueté lors d’une vente aux enchères. Un broyeur avait été dissimulé par Banksy dans le cadre du tableau, et déclenché par le street artiste au moment où l’œuvre s’était adjugée vendue. S’en était suivi un immense buzz médiatique, et une hausse importante du prix de l’œuvre.

ron-english-banksy-slave-labour

Analyse de l’œuvre « Slave Labour » de Banksy

Banksy, l’artiste dont l’identité est toujours inconnue, est un graffeur basé en Angleterre. Le nom de Banksy est devenu synonyme de satire politique et sociale à travers l’art de rue. L’œuvre de Bansky aborde de nombreux sujets qui touchent les gens chaque jour. Il s’agit de sujets tels que la guerre, la politique et la pauvreté, mais son travail est également empreint d’humour et d’ironie.

L’œuvre « Banksy Slave Labour » est à interpréter comme une critique satirique sur le jubilé de diamant de la reine Elisabeth II, évènement donnant lieu à chaque fois à des milliers de produits détournés et goodies, peut-être fabriqués par des enfants dans des pays sous-développés.

« Slave Labour » peut également être une pique adressée à la chaîne de magasins Poundland, puisque Banksy a réalisé cette œuvre à quelques mètres d’un de ces magasins. Cet acte pourrait faire écho à une affaire médiatique datant de 2010, où les médias avaient découvert un enfant de 7 ans, travaillant en Inde pour l’un des fournisseurs de la chaîne Poundland.

Pour clarifier les termes, l’Organisation internationale du travail définit le travail des enfants comme « un travail qui prive les enfants de leur enfance, de leur potentiel et de leur dignité, et qui est nuisible à leur développement physique et mental ».

L’œuvre de Bansky aborde une grande variété de sujets, dont l’utilisation du « travail d’enfants » dans le monde. En l’occurrence, Bansky s’est rendu en Haïti pour prendre des photos qu’il utiliserait dans les rues pour ses graffitis. Certaines personnes peuvent ne pas être d’accord avec cette technique parce qu’il a utilisé des personnes dans une région très pauvre pour améliorer son art, mais cela nous montre que nous pouvons être aussi mauvais que n’importe qui d’autre si nous ne reconnaissons pas ce qui se passe autour de nous.

tableaux-banksy

Un mot sur Banksy

Banksy expose son art sur des surfaces visibles par le public, comme des murs et des accessoires physiques qu’il a lui-même construits.

Son art de rue satirique et ses épigrammes subversives combinent humour noir et graffitis exécutés selon une technique de pochoir distinctive. Ses œuvres de commentaires politiques et sociaux ont été placées dans les rues, sur les murs et sur les ponts de villes du monde entier. L’œuvre de Banksy est issue de la scène underground, qui impliquait des collaborations entre artistes et musiciens.

Les autres œuvres de Street Art de Banksy

Banksy est un artiste graffeur, activiste politique et réalisateur britannique, dont le vrai nom et l’identité ne sont pas confirmés. Il est né à Bristol, en Angleterre, probablement le 28 juillet 1973 (cette date n’a pas été confirmée), et ses œuvres d’art sont souvent des pièces satiriques sur des sujets tels que la politique, la culture et l’éthique. Ses œuvres se caractérisent par des images frappantes, souvent associées à des slogans.

Ses œuvres apparaissent régulièrement sur des surfaces publiques telles que des murs et des accessoires physiques auto-construits. L’œuvre de Banksy est née à la fin des années 1990 dans le cadre de la scène underground de Bristol, qui impliquait des collaborations entre artistes et musiciens. Selon l’auteur et graphiste Tristan Manco, il est l’un des artistes qui ont contribué à développer le langage visuel de la première scène graffiti.

Banksy réalise ses œuvres dans des espaces publics tels que des rues ou des bâtiments, généralement des lieux illégaux. Ses œuvres abordent généralement des thèmes politiques ; de nombreuses pièces présentent des sujets tels que des rats, des singes ou des policiers avec des expressions faciales exagérées.

L’œuvre « Napalm » de Banksy

Banksy tente de faire une déclaration sur la nature de la guerre et la façon dont elle affecte les civils innocents. Il a fait son commentaire sur le sujet avec un sens de l’humour très noir. La nature graphique de la photo est à la fois dérangeante et hilarante.

La peinture à la bombe sur le côté droit de l’image est ce qui rend cette œuvre si intéressante, car elle attire l’attention sur elle d’une manière si audacieuse tout en s’éloignant de l’image originale. Le pochoir de Banksy se veut humoristique, mais il nous fait également réfléchir à la véritable signification de la guerre et à la façon dont les gens souffrent d’une manière que nous ne pourrions jamais imaginer.

L’oeuvre « Love is in the Air » ou « Flower Thrower » de Banksy

Le « Lanceur de Fleurs » pourrait être considéré comme un martyr, mais ce n’est pas le cas. Le personnage ne lance pas des fleurs, mais une grenade ou un cocktail molotov. Il s’agit d’une référence à la lutte des Palestiniens contre le mur. Le « Lanceur de Fleurs » représente le peuple de Palestine qui a jeté sa vie quotidienne contre le mur pour tenter de le faire tomber et de retrouver sa liberté.

Le « Lanceur de Fleurs » a été peint sur une section de la barrière de Cisjordanie qui sépare Bethléem de Jérusalem et d’autres villes et villages palestiniens. Cette barrière a été construite par Israël pour empêcher les terroristes d’entrer en Israël, mais elle a également séparé les Palestiniens de leurs familles, de leurs emplois et de leurs amis. L’une des raisons pour lesquelles Banksy a créé ce graffiti était de sensibiliser le public à cette barrière de séparation.

Nous espérons que cet article vous a plu. Vous connaissez maintenant l’histoire de « Slave Labour » de Banksy et pourrez ainsi en discuter avec votre entourage et/ou des amateurs de street art et de graffiti.

Pour vous remercier d’avoir lu cet article en entier, nous vous offrons 15% de réduction sur l’intégralité de votre commande, avec le code promo : BLOG15

Inscrivez-vous également à notre newsletter pour être tenu(e) informé(e) de nos nouveaux articles, de nos offres VIP ainsi que de notre actualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *