Connu sous le nom d’Andy Warhol, Andrew Warhola est un artiste américain né le 6 août 1928 à Pittsburgh en Pennsylvanie. Publiciste mondain et excentrique, il rendit à l’art contemporain une nouvelle dimension. Il fut l’un des principaux artistes Pop Art et fut connu dans le monde entier par son travail de peintre, de producteur musical et d’auteur.

En effet, Andy Warhol est connu pour ses films d’avant-garde et ses liens avec les intellectuels et les célébrités d’Hollywood. Bien que le travail de Warhol reste controversé, il a été le sujet de multiples expositions, de livres, ou de films depuis sa mort. Ainsi, l’Andy Warhol Pop Art fit vibrer tout le XXe siècle. Alors, quelle était l’histoire de ce grand homme ? Comment a-t-il rendu son art si riche et si puissant ? Éléments de réponse dans cet article.

andy-warhol-pop-art

La jeunesse d’Andy Warhol avant le Pop Art

Andrew Warhola est né de parents ruthènes qui étaient originaires du village de Miková au Nord-est de l’actuelle Slovaquie. Il est le quatrième fils de la famille. Ses parents émigrèrent pour vivre dans ce pays. D’ailleurs, une interview accordée aux deux frères d’Andy, Paul et John, raconte que leur mère n’avait jamais appris l’anglais et parlait un mélange de hongrois et de rusyn. C’était donc une famille pauvre au sein de laquelle Andrew travaillait en tant que mineur de charbon.

Avant le succès de ses portraits Pop Art, l’enfance pauvre d’Andy a été modelée par plusieurs choses, dont : l’environnement pollué de la banlieue et les privations de sa famille. Bien entendu, la famille du jeune artiste était chrétienne et membre de l’Église grecque catholique ruthène très pratiquante.

Puis, c’est en 1933 que le jeune Andrew commence sa scolarité à l’école primaire. Mais, il s’y sentira mal aimé. En 1937, il sera atteint de chorée de Sydenham (une maladie qui rend le patient alité). Il se fera soigner par sa mère. Mais, il apprendra aussi à dessiner, à écouter la radio et à collectionner des photos de stars de cinéma, avant de découvrir sa nouvelle passion, le pop art. Plus tard, Warhol décrira l’importance de cette période comme son développement personnel et l’affranchissement de ses goûts.

En revanche, un terrible drame aura lieu en mai 1942. Le père d’Andrew meurt après trois ans de maladie, bien que son fils n’ait que 14 ans. Alors, la scolarité d’Andrew se termine en 1945 avec la remise du diplôme du lycée.

Les débuts d’une longue carrière dans le Pop Art

Entre 1945 et 1949, Andy étudie en licence au Carnegie Institute of Technology de Pittsburgh. Avec brio, il obtiendra le « Bachelor of Fine Arts ». À noter qu’au cours de ses études, il adoptera la «  technique du dessin tamponné  ». Puis, à l’été 1949, il s’installe à New York. Cette même année, il commencera à travailler comme dessinateur publicitaire pour le magazine Glamour. C’est à travers ce magazine qu’apparaîtra pour la première fois son nom simplifié : Andy Warhol. Ses créations en tant que publicitaire seront par la suite largement adoptées du grand public et tournées en figures mondialement connues, reproduites en Tableau Pop Art, accessoires de décoration et de nombreux autres supports.

Andy travaillera ensuite pour Vogue et pour Harper’s Bazaar. Avec ces deux structures, il va créer ses premiers croquis pour un fabricant de chaussures très reconnu du nom de Miller. Mieux, il décorera des vitrines pour le grand magasin Bonwit Teller. En plus, il fréquentera des artistes comme Marilyn Monroe. Ces différentes fréquentations lui permettront d’accrocher ses premiers dessins dans un bar restaurant.

En 1952, ce sera l’effervescence  ! C’est en cette année qu’a lieu sa première exposition à la Hugo Gallery à New York. Puis, Andy deviendra un créateur de costumes dans une troupe de théâtre. Il modernise le milieu et lui donne un autre visage.

En 1961, Andy réalisera ses cinq premiers tableaux. Il s’agit de :

  • Advertisement ;
  • Before and After ;
  • Little King ;
  • Saturday’s Popeye ;
  • Superman.
Ces tableaux étaient inspirés des comics ou des bandes dessinées dont il expose la plupart à la devanture du magasin Bonwit Teller. Bien entendu, c’est ce magasin qui l’employait pour des illustrations commerciales. Son nom sera alors reconnu dans toute la ville.

La gloire avec ses premières œuvres Pop Art

Bouillonnant d’idées créatives, Andy Warhol s’affuble de la légendaire « perruque couleur platine ». À cette époque, cette perruque fit le tour du pays et de la région. Grandement inspiré, Andy passera à la peinture en commençant par des tableaux de Popeye et de Dick Tracy en 1960.

Une première déception

Malheureusement, il abandonne rapidement la série de Comics. Pourquoi ? Car, il découvrit qu’un éminent homme, Roy Lichtenstein, l’avait déjà devancé. Il apprendra cette douloureuse vérité à l’exposition de la célèbre galerie Leo Castelli. Mais, Warhol n’était pas découragé. Il choisira une nouvelle voie  ; celle de reproduire les produits de grande consommation en sérigraphie. Des années après, il déclarera “Quand on y songe, les grands magasins sont un peu comme des musées.”

andy-warhol-pop-art-campbell-soup

Des inspirations originales

En conséquence, il fera des conserves de la soupe Campbell et des bouteilles de Coca-Cola. Ces conserves furent les plus grandes vedettes de ses toiles. Récompense ? En juillet 1962, il expose Campbell’s Soup Can dans une galerie new-yorkaise. À travers ses peintures, il va stigmatiser la société de consommation américaine et la standardisation des produits. Ses œuvres rencontreront rapidement un grand succès. Résultat ? Andy Warhol participera à la toute première exposition de Pop Art à la Sidney Janis Gallery. L’Andy Warhol Pop Art devint ainsi une réalité  !

Un art arrivé à son paroxysme 

Warhol Andy décidera de réaliser de célèbres sérigraphies qui seront dédiées à Marilyn Monroe. En effet, en 1962, Andy va revisiter les photos de stars. Ce fut le cas avec la célèbre série de sérigraphies à l’effigie de Marilyn Monroe. Comment faisait-il  ?

Les techniques d’Andy Warhol

En réalité, sa technique consistait à prendre des photographies en noir et blanc. Puis, il coloriait les différentes images qu’il avait déjà prises. Pour finir, il les reproduisait par sérigraphie. C’est à partir de ce moment que Warhol devint le roi du Pop Art. Certains l’appelaient aussi le pape du Pop Art. Dès lors, il règnera sur le milieu underground new-yorkais.

andy-warhol-pop-art-marylin-monroe

Les stars en Pop Art

Andy réalisera aussi les tableaux avec le même procédé pour de grandes stars, comme Elizabeth Taylor, Elvis Presley et Marlon Brando. Doté d’un très bon sens des affaires et très méthodique, il recrutera un bataillon d’assistants en 1963. À ce groupe, il délèguera la production en série de ses créations. Les différentes pratiques qu’il mettra en œuvre mèneront à une révolution dans le monde de l’art. D’où la naissance de la célèbre «  Factory  ».

La fabrique créative d’Andy Warhol

En janvier 1964, Warhol emménagera dans la Factory, sur la 47ème rue de New York. C’était un local industriel qui deviendra son atelier d’art et de reproduction esthétique. Ce lieu était fait de manière que les murs soient recouverts de papier aluminium. Andy s’y installera pour en faire le centre de la vie underground new-yorkaise.

Par ailleurs, cette fabrique est un lieu de production de l’Andy Warhol Pop Art connu de tous. Bien entendu, le lieu était assez volumineux pour recevoir des productions de Warhol en grande quantité. Ainsi, l’art sera industrialisé. En plus, cette usine était un endroit où n’importe qui pouvait devenir une « superstar ».

Un lieu pour les artistes, par un artiste

D’après les dires de l’artiste révolutionnaire, toute personne qui désirait se faire connaitre pouvait s’y installer. Alors, de nombreux jeunes artistes viendront travailler et faire la fête dans la fabrique. D’ailleurs, c’est à Factory que Warhol réalisera ses premiers films (dont Eat et Kiss).

andy-warhol-factory

Dans cette effervescence artistique, les sensibilités du pape du Pop Art s’élargissent toujours plus. Désormais, il s’intéresse au monde musical et devient le producteur du groupe de rock «  The Velvet Underground  » en 1965. Avec ce groupe, il signera la fameuse «  Banana Cover  », une pochette d’album mythique du rock des années 60. Andy était devenu célèbre !

La période sombre d’Andy Warhol

Un jour, Warhol déclara : «  J’ai commencé comme artiste commercial et je veux terminer comme artiste d’affaires  ». Si ses œuvres se font vendre comme des petits pains de son vivant, elles atteindront plusieurs millions de dollars après sa mort. C’est le cas de la vente de son autoportrait.

Peint en 1967, ce tableau est parti aux enchères de New York pour une somme de plus de 38 millions de dollars en mai 2011. Aussi, faut-il rappeler qu’en 1967, Warhol était en pleine gloire.

Tentative d’assassinat du roi du Pop Art

A cette époque, les artistes gravitant autour de sa Factory sont légion. Évidemment, il fera des déçus qui refuseront certains de ses projets. Valérie Solanas en est un parfait exemple. Cette dernière confiera un script à Andy Warhol. Mais, le célèbre roi du Pop Art n’en donnera jamais suite.

Furieuse, Valérie tirera sur Warhol à plusieurs reprises, lui transperçant le poumon, la rate, l’estomac, le foie et l’œsophage. Cet incident eut lieu en 1968. Warhol réussit à survivre. Cependant, il était condamné à passer le reste de sa vie avec un corset médical. À la fin, il délaissera l’aventure collective de la Factory. Se penchant sur la peinture, il fera les portraits de Mao Zedong, Mick Jagger et Calvin Klein, avant de se lancer dans des œuvres beaucoup plus abstraites.

andy-warhol-pop-art-mick-jagger

La fin d’une carrière

Au début des années 80, il utilisera sa notoriété pour mettre en avant des artistes new-yorkais. De célèbres artistes comme le peintre Jean-Michel Basquiat, le chanteur Lou Reed et le photographe Robert Mapplethorpe en feront partie. Après tous ces efforts, le mal ne fera qu’empirer. Warhol sera obligé de retourner à l’hôpital. Mais, il se fera opérer avec succès pour sa vésicule biliaire.

Toutefois, cette opération ne fera que camoufler le véritable mal. Après avoir longtemps repoussé une opération de la vésicule biliaire (qui avait été à l’origine de la mort de son père), le plus grand génie du Pop Art que New York ait connu décèdera dans son sommeil le 22 février 1987. Selon les propos des médecins, il mourut d’un arrêt cardiaque. C’est ainsi que le meilleur artiste de son siècle quitta la scène à New York, à l’âge de 58 ans.

Le Pop Art et Andy Warhol  !

Durant toute sa vie, Andrew fit de l’Andy Warhol Pop Art un ami, un frère, une vision, un rêve. Il était passionné de cet art et en faisait son quotidien. Jamais, il ne s’en séparait. Pendant de nombreuses années, Warhol collectionnera toutes sortes d’objets éphémères (journaux, souvenirs, objets d’enfance…) dans son atelier.

À sa mort, il aura collecté plus de 600 « capsules » datées individuellement. Aujourd’hui, elles sont toutes conservées au « Andy Warhol Museum of Pittsburgh » en Pennsylvanie. En fin de compte, Andy Warhol aura prouvé qu’un misérable pauvre d’une simple banlieue peut réussir et devenir un homme aimé, célèbre et respecté de tous !

Nous espérons que cet article vous a plu et vous a permis de comprendre qui était Andy Warhol et comment il a révolutionné le monde de l’art, grâce à son côté visionnaire. Le Pop Art n’a maintenant plus de secrets pour vous, vous pourrez en discuter et débattre avec votre entourage sur ce sujet vaste et d’intérêt. Lisez à présent cet article sur Roy Lichtenstein si vous souhaitez découvrir l’histoire d’un autre génie du Pop Art.

Pour vous remercier d’avoir lu cet article, nous vous offrons 15% de réduction sur l’intégralité de votre commande, avec le code promo : BLOG15

Inscrivez-vous également à notre newsletter pour être tenu(e) informé(e) de nos nouveaux articles, de nos offres VIP ainsi que de notre actualité.

Un commentaire sur “Andy Warhol et Pop Art : Une histoire passionnante

  1. neet and angel apk says:

    Love how you highlighted the significance of consumerism in Warhol’s work. It’s fascinating to see how his fascination with everyday objects like Campbell’s Soup cans and Marilyn Monroe’s face challenged the traditional art world’s standards of beauty and relevance. Can’t wait to read more about the intersection of art and technology in the 1960s!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *